Mon burn out

J’ai décidé de me lancer et de parler de ce mal qui fait des ravages depuis quelques temps et qui devient problématique. Le burn-out. Le mien date de 2 ans. Une étude datant de 2016 démontrait que 1 suisse sur 4 se sentait mal et stressé à son travail. C’est édifiant……Ce qui l’est encore plus c’est que cela touche tout le monde. Que vous soyez avec un poste à responsabilité ou vendeuse ou caissière, ou comme moi assistante médicale, cela arrive……

D’une seconde à l’autre, mon monde s’est écroulé. Une remarque anodine de la part de mon ex-patron a suffi pour que je disjoncte. Je me suis retrouvée dans la rue, hagarde, sans savoir où je devais aller. Je n’arrivais plus à me concentrer ou même à penser. Par automatisme, j’ai réussi à prendre le train et rentrer chez moi. Une amie m’a retrouvé assise dans ma cuisine entrain de pleurer, pleurer, pleurer, je n’arrivais plus à m’arrêter….  J’ai appelé mon médecin et je ne suis plus jamais retourné travailler chez ce patron (qui par ailleurs à eu la délicatesse de me virer !).

Pendant quelques mois, impossible pour moi de lire (même un magazine), d’écouter la télévision, de me concentrer au delà de 5 minutes. Mes pensées s’embrouillaient et tout était anarchique ! physiquement ce n’était guère mieux. Pour passer l’aspirateur il me fallait une journée (et c’est pas grand chez moi!) des sensations de vertiges, et plus aucune énergie, les piles étaient totalement à plat. Quand j’y pense, ça me fait froid dans le dos. Je suis une personne dynamique et croyez moi que de se retrouver du jour au lendemain à ne plus pouvoir rien faire c’est dur, très dur surtout que j’avais pleins d’envies (c’est contradictoire) mais c’est parce que je n’étais pas dépressive. Mais impossible de faire quoi que ce soit. Les 2 premiers mois, j’étais couchée sur mon canapé et j’écoutais des livres audio !!!! Faire des courses ? prendre la voiture ? aller me balader dans la nature ? impossible, je n’avais plus d’énergie. Je faisais beaucoup de résistance car pour moi ce n’était pas acceptable de se retrouver dans cet état. Beaucoup de culpabilité, je me cachais chez moi pour que mes voisins ne me voient pas. J’avais honte, honte d’avoir craqué. Je me sentais comme une m……Inutile. Mon ami a tout pris en charge pendant cette période. Je l’en remercie encore aujourd’hui. J’ai commencé une psychothérapie à ce moment-là sur les conseils de mon médecin traitant. J’y suis aller en reculant !!!!! mais je sentais que je devais le faire…..je me rendais compte que j’avais des schémas qui emprisonnaient et que je n’y arriverai pas toute seule à les démanteler.

Cela fait 2 ans maintenant, je ne suis pas encore remise à 100%. Je me fatigue très vite, je n’arrive toujours pas à me concentrer longtemps. J’ai repris mon travail à 50%, c’est un métier où il y énormément de stress, je le gère mieux actuellement car j’ai enfin compris que le travail c’est pas la vie !!! j’y mettais tout mon cœur, toutes mes tripes avant, je me sentais responsable de mon patron, des patients, je prenais tout sur mes épaules et j’avais une conscience professionnelle incroyable. Il fallait que j’arrive à tout faire même si c’était impossible, question d’honneur !!!! Je me suis retrouvée dans des situations professionnelles où je devais gérér seule  un cabinet médical mais avec un pourcentage réduit. De plus, j’ai vécu également une situation dans le privé qui m’a également amené à beaucoup de stress autant sur le plan physique que sur le plan émotionnel (j’étais suivie par un centre de procréation médicalement assistée).

J’ai commencé à avoir des signes environ 3 ans avant mon burn-out. Insomnie, nervosité, saut d’humeur, agressivité. Je n’arrivais plus à me détendre, à prendre du bon temps. Au début, j’ai mis ça sur le compte de l’arrêt du tabac, les situations professionnelles, mon traitement hormonal, mes intolérances alimentaires…..j’étais dans un déni total car je n’acceptais pas la réalité……..mon corps me criait d’arrêter, mon esprit me criait d’arrêter, de me calmer. Un stress et une fatigue se sont installées jusqu’au jour où tout s’arrête……..

Aujourd’hui, je reconnais les signes et je m’arrête……je souffle, je me détend, je me repose, me change les idées et prends du recul. Pour moi, ce burn-out est une bénédiction même si c’est toujours difficile, cela m’a obligé à me remettre en question, à remettre en question ma façon de fonctionner et de comment je perçois les choses. La méditation, le yoga, l’alimentation et ma psychothérapie me permettent d’avancer dans le bon sens et de me reconstruire.

Alors je dis oui, on peut s’en sortir, c’est long, très long (j’apprends aussi la patience !!!) mais ce n’est que du bonheur de se rendre compte qu’on avance et que certains schémas sont du passé et que des nouveaux se mettent en place pour notre bien être.

Je vous mets en lien ce documentaire qui m’a beaucoup touchée car je me suis totalement retrouvée dans les témoignages.

http://pages.rts.ch/emissions/temps-present/8352528-burn-out-a-qui-le-tour.html#8352530

Je vous embrasse.

Borderlie